Programme Nomades 2017/2018

Pour le 3ème appel à projet du programme Nomades, deux projets ont été retenus: Cercueil Mangenta Le Livre (titre provisoire) de Kai Simon Stoeger et Eparpiller de Pascale Murtin. Des périodes de résidence et des présentations auront lieu en 2018 dans plusieurs lieux partenaires de Nos Lieux Communs.

Eparpiller
Pascale Murtin

Voici un concert dispersé dans la nature dont aucun des auditeurs n’a la même perception.

Le spectateur est invité à librement se déplacer pour écouter une succession de duos, trios, ou quatuors vocaux. Ceux-ci se font entendre simultanément en différents points du site. Les voix ne sont pas sonorisées : nous chercherons à expérimenter l’acoustique du plein air (y compris dans l’audibilité minimum).

Il y a un rendez-vous horaire précis de début mais aucun parcours ne sera imposé ni même suggéré. Aucune nécessité pour les auditeurs à se suivre ou à attendre. Il n’y aura pas une ligne de départ mais plusieurs points d’entrée.

Le matériau musical consiste en une quinzaine de chansons à plusieurs voix composées par Pascale Murtin. Brèves, polyphoniques, à la fois simples et sophistiquées, évoquant de loin le répertoire des chorales amateur tout en évitant les références marquées de style, ces objets musicaux serviront en l’occurrence et avant tout de prétexte à une expérimentation acoustique et visuelle des distances dans le paysage.

Pascale Murtin
Le 7 novembre 2007 je tombe sur la tête : hémiplégie droite, trouble du langage.
Réapprenant à lire et à écrire j’ai composé plus de 700 poèmes en guise d’exercices auto-prescrits.
Le traumatisme crânien n’a fait qu’encourager une glossomanie déjà latente : les confusions lexicales, les rapprochements sémantiques erronés, la linguistique intuitive ont de tout temps été mon bain, mon pain, mon train quotidiens.
Au sein de Grand Magasin, l’association fondée en 1982 avec François Hiffler, nous avons toujours été attentifs aux homophonies, aux pièges et curiosités de la langue française.
Croyant avoir perdu mon latin j’ai plutôt déterré un lièvre qui ne demandait qu’à devenir lapin : je l’ai apprivoisé, il court encore, agile et boîteux.
Plus tard j’en ai fait des chansons.
en 2010, 25 chansons trop courtes (avec François Hiffler accompagné de ses 10 doigts)
en 2012 et quelques unes plus longues, (avec 30 choristes, chef de choeur Babeth Joinet)
en 2015, chansons Franglish (avec Sheila Atala)
en 2017, Chouiner, duo guitare/clavecin (avec Marie-Pierre Brébant)

Eparpiller
Conception : Pascale Murtin
Paroles et musique : Pascale Murtin
Avec : François Hiffler, Babeth Joinet, Anne Lenglet, Pascale Murtin, Jean-Baptiste Veyret-Logerias, Margot Videcoq, Roland Zimmermann, et un choeur
Production : GRAND MAGASIN (www.grandmagasin.net)
Coproduction : Nos Lieux Communs, CDN Nanterre-Amandiers

 

Cercueil Magenta – Le Livre
Kai Simon Stoeger

Cercueil Magenta – Le Livre est un projet partitionnel, qui est basé sur une plus large recherche : Cercueil Magenta ou La Bataille des Paysagistes jusqu’à la Mort qui traite du Romanticisme. Pour ce projet, Kai Simon Stoeger se concentre sur les systèmes d’échanges et cherche comment le processus de l’interprétation – en tant qu’une discussion, négociation et d’un processus qui n’est jamais fini – peut créer une espace de partage.

Au début de cette recherche Kai Simon Stoeger va d’abord étudier sa propre interprétation performative, puis ouvrira ce travail à ses collaborateurs et au public.

Elle a invité trois autres artistes à participer à ce livre des partitions et au processus de recherche pour trouver des formats de présentation : Camille Santacreu, artiste-chercheuse visuelle, qui étudie les notions de public et de rituel, Gregor Kamnikar, danseur-chercheur qui a une pratique forte de l’improvisation et membre du collectif B-Mapping, et Jasmina Zaloznik, théoricienne-chercheuse de danse et aussi membre de B-Mapping.

Kai Simon Stoeger désire réaliser un livre de notations qui sont les traductions graphiques des 24 chansons du « Voyage d’hiver » (Franz Schubert /Wilhelm Müller) au moyen du « duckshapedtriangle », un système qu’elle a élaboré de transformation constante du texte en une structure 2-D et 3-D. Chacun de ces 24 poèmes/chansons vont être transformés en 24 cartographies, 24 interprétations dansées et 24 petites boîtes en bois avec des structures en fil. Certaines des structures vont également être construites en taille réelle dans les différents jardins.

Les installations sont un lieu de rencontre, de discussion, de spectacle et aussi d’interprétation des cartographies par le public et par d’autres moyens. La présence des livres dans les jardins invitera également à poursuivre le processus d’interprétation.

Kai Simon Stoeger a habité et étudié à la HZT/UdK Berlin “danse contemporaine, contexte, chorégraphie” et a travaillé comme designer graphique, avant d’être diplômée du Master exerce de l’ICI-CCN Montpellier à l’été 2017. Ses recherches interrogent le rapport de la perception et de l’expérience corporelle avec leurs structures environnementales. Elle s’investit dans l’étude du lien entre les sujets sociaux, économiques et politiques et le corps, le mouvement et la danse.  Depuis 2013 Kai recherche aussi différents concepts de cartographie, notamment au sein du collectif « B-Mapping » (SVN/F/D) avec Urban Ksaver Kmet et Jasmina Založnik. Elle a créé un système de cartographie qu’elle nomme “duckshapedtriangle”. Ce système a commencé comme un projet dramaturgique puis est devenu une méthode qui touche à tous les aspects du travail artistique. “duckshapedtriangle” est une interface ouverte entre texte, objet et danse qui se modifie en permanence par la connexion avec d’autres artistes, d’autres espaces.